Parti socialisteParti Socialiste EuropéenLes Jeunes SocialistesLa coopol

Interview du Premier fédéral à France-Antilles

17-06-2015

TROIS QUESTIONS À…

FRÉDÉRIC BÉRET, premier secrétaire de la Fédération Socialiste de la Martinique : « Oui, nous prétendons avoir des postes! »

Propos recueillis par. G.G.Lundi 15 juin 2015

Réélu la semaine dernière premier secrétaire de la FSM, Frédéric Béret analyse la perspective politique qui s’offre aux socialistes martiniquais, avec la Collectivité territoriale.

Vous avez été réélu aisément, mais votre adversaire, Prosper Adamis, a obtenu plus de 10% des suffrages. Comment interprétez-vous ce résultat ?
C’est avant tout le signe que la démocratie existe chez nous. Les militants votent librement. Certainement aussi, faut-il voir dans le résultat de mon concurrent, – ce qui m’a surpris – une forme de contestation de la ligne adoptée pour la collectivité territoriale. Certains militants ne partagent pas cette option adoptée, dois-je le rappeler, par la quasi-unanimité des militants.
Comment comprendre cette différence entre le choix unanime d’être dans Ensemble pour une Martinique nouvelle, et les plus de 10% de suffrages pour votre concurrent ?
Toute élection chez nous est démocratique. Le vote pour être dans Ensemble pour une Martinique nouvelle a été acquis à 97% des suffrages des militants. La réélection du premier secrétaire ne réunira jamais la totalité des militants. C’est la raison pour laquelle je ne voudrais pas faire une analyse trop simple de ce scrutin. Oui, une minorité de militants ne partagent pas l’option de faire route avec la majorité régionale. Cependant, être aux côtés du PPM ne veut pas dire allégeance. Nous partageons un programme et une perspective de développement. Nous ne perdons pas nos valeurs parce que nous sommes alliés au PPM. C’est cela que chacun doit comprendre.
Justement, estimez-vous légitime de réclamer des postes de responsabilité à la Collectivité unique ?
Nous avons légitimé à prétendre à certaines fonctions. Nous n’avons pas des milliers d’adhérents, mais l’idée socialiste est largement partagée par les électeurs. Nous réunissons nombre de suffrages sur l’ensemble du territoire. Nous ne sommes pas nouveaux dans le paysage politique et pas moins importants politiquement et électoralement que d’autres formations politiques. Il me semble que le président du PPM estime lui-même que nous sommes incontournables. Je le dis en affirmant et en rappelant que notre charte est très claire : Identité martiniquaise, nationalité française et ancrage dans la Caraïbe. C’est-à-dire plus de responsabilité, et notre développement dans notre environnement régional. Nous sommes dans une alliance et chacun a droit au respect de ses valeurs, tout en sachant que nous avons un dénominateur commun : l’idée que nous nous faisons du développement de notre pays. La FSM ne devient pas autonomiste pour autant.

Répondre

Pas de commentaire